Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mercredi 4 novembre 2015

H comme Huîtres



- Depuis la mi-janvier 1917, le sous-lieutenant Tézenas du Montcel (5e RIC – 3e btn – 11e Cie)  est dans les tranchées de Troyon,  près de Cerny-en-Laonnois. Son temps est partagé entre la lutte contre les mauvaises conditions climatiques et l’organisation de ses troupes.
- Le 2 février, après une alerte nocturne comme il y en a tant, un épisode original vient égayer la journée …

- « Au déjeuner, nous avons une surprise. Le capitaine [Pinet] avait un air mystérieux et satisfait et nous étions avec [le sous-lieutenant] Charrier assez intrigués par l’attente qu’il nous imposait avant de nous mettre à table et que nos appétits, aiguisés par le froid, supportaient mal.
Enfin la porte s’ouvre et Guidet, le cycliste, apparaît, le teint écarlate et la moustache toute givrée. Ses musettes sont bourrées à éclater et il porte sous le bras une caissette qu’il dépose avec précaution sur la table. Le capitaine nous regarde du coin de l’œil pendant qu’on ouvre la boîte. Nous sommes de plus en plus intrigués et nous approchons …
Stupéfaction : des huîtres ! Le capitaine est hilare et sa figure respire une satisfaction sans mélange. Guidet est allé jusqu’à Fère-en-Tardenois et a fait plus de cent kilomètres pour nous apporter ici cette chose inouïe que nous saluons d’acclamations.
Mais il faut déchanter : les huîtres sont gelées ! Après une demi-heure d’efforts pour les ouvrir nous les mettons sur le poêle pour les faire dégeler, et je commence à être vaguement inquiet sur le résultat de ces préparatifs…
…Mes inquiétudes étaient justifiées : c’est une faillite ! L’eau de mer a fondu, s’est réchauffée, mais l’huître est restée gelée, de sorte qu’on a l’impression d’avaler un petit glaçon nageant dans l’eau tiède et écœurante : proprement ignoble ! »



Source : J. Tézenas du Montcel, L’heure H. Etapes d’infanterie 14-18

_

Aucun commentaire: