Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

jeudi 13 juin 2013

M comme Monnet (Georges)



- Homme politique français
- Aurillac 1898 – Ivry-sur-Seine 1980

- En 1916, le jeune bourgeois Georges Monnet interrompt ses études parisiennes pour s’engager dans le conflit. Il est affecté comme sous-lieutenant dans l’artillerie.

- « Il choisit, en 1918, de se consacrer à la terre, aptitude symptomatique d’une génération choquée par le premier conflit mondial. Il suit les cours de l’Institut national agronomique, puis achète une ferme au cœur de la zone rouge. » Comme l’écrit le journal Le Coq rouge en 1930, « il a préféré les travaux exténuants des champs à la vie facile de la grande ville. Le lendemain de sa démobilisation, il arrivait à Celles-sur-Aisne, en plein Chemin des Dames. Rien encore n’était reconstruit. La terre ravagée par quatre ans de guerre affirmait par tous les obstacles qu’elle présentait, qu’elle ne voulait plus nourrir les hommes qui l’avaient ainsi abîmée. Georges Monnet s’installa dans une baraque en bois. Il acheta 250 hectares de terre : Monnet devient en effet propriétaire de la ferme (totalement ruinée) de Chimy, qu’il entreprend de remettre en valeur. Les premières années sont difficiles puis les résultats commencent à arriver.
- C’est à Chimy qu’il accueille son ami Roland Dorgelès lorsque celui entreprend la rédaction du Réveil des Morts.

- En parallèle, le jeune homme s’engage en politique : en 1925, il devient maire de Celles-sur-Aisne puis adhère à la SFIO, pour le compte laquelle il devient député en 1928. Monnet devient ministre de l’Agriculture du Front Populaire (c’est lui qui conduit la voiture dans laquelle Blum se fait agresser par les Camelots du Roi en février 1936).



Biographie sur Wikipedia 

Source principale (notamment pour les citations) : Edouard Lynch, Moissons rouges : les socialistes français et la société paysanne durant l’entre-deux guerres (1918-1940)

_

Aucun commentaire: