Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

dimanche 26 mai 2013

J comme Jordens (Jules-Gérard)




- " Tout est dit. Maintenant tu peux fermer le livre
Sans regret. Lasse enfin la chair, morte, repose.
La fête se termine ainsi que toute chose.
C’est l’heure de partir et d’aller plus loin vivre. »


- Poète français
- Nice 1885 – Bois-des-Buttes 1916

- Jules-Gérard Jordens est mobilisé au 246e RI comme brancardier. Il passe donc les premiers mois de la guerre dans l’Aisne, avant d’être envoyé dans l’Artois en avril 1915. Jordens revient près du Chemin des Dames en février 1916, son unité s’installant dans le Bois-des-Buttes.
- « Comme il était peu fait pour cette vie brutale, ce grand garçon distingué ! Le moindre de ses gestes semblait une recherche, tant il avait de grâce naturelle. » (Roland Dorgelès)

- Le 25 avril 1916 dans l’après-midi, le régiment lance une puissante attaque pour essayer de reprendre le bois aux Allemands ; cette attaque échoue et entraîne de très grosses pertes (30 tués, 129 blessés et 19 tués du seul côté français. Elle se prolonge le lendemain par un violent duel d’artillerie, surtout dans la soirée. C’est à de moment que Jordens est tué.

- « Durant les attaques d’avril 1916 il s’exposa plus que jamais, allant chercher les blessés entre les lignes, et comme il traversait de nouveau la clairière, son brancard roulé sur l’épaule, il s’écroula parmi les dormeurs bleus, la poitrine trouée par un éclat d’obus. Nous avions cru le connaître, ce beau garçon nonchalant, mais il gardait secret, pour l’offrir à la mort, le cœur héroïque qui battait en lui. » (Dorgelès)

- Jules-Gérard Jordens, mort à deux jours de son 31e anniversaire, est enterré à la Nécropole nationale de Pontavert. Son nom figure au Panthéon parmi ceux des 560 écrivains officiellement « Morts pour la France. »






Source principale : Roland Dorgelès, Bleu Horizon


Aucun commentaire: