Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

samedi 2 février 2013

E comme Echange de journaux



- Les échanges et « fraternisations » ponctuels et brefs sont fréquents entre belligérants, que ce soit à l’occasion d’événements particuliers, pour tenir compte de facteurs extérieurs tels le climat ou après des combats particulièrement sanglants. L’échange évoqué ici intervient dans un contexte beaucoup plus banal (la source est le JMO de la 137e Brigade – SHD).


- Depuis la fin de 1914, le 287e RI occupe la région de Chassemy, surveillant notamment l’Aisne au sud de Vailly, qui est occupé depuis quelques semaines par les Allemands (probablement du 8e Régiment – 5e Division).
- Après les combats de l’automne, le secteur est devenu « calme », mais il convient de préciser que pendant ces journées et ces nuits du début de 1915, les accrochages sont fréquents, les morts et blessés nombreux dans les deux camps, chacun essayant de contrôler les points stratégiques le long de l’Aisne et du canal qui la jouxte. Celui qui nous intéresse ici est le « pont des cultivateurs » (il existe toujours : point coté 51 à l’ouest de Vailly sur les cartes 1/25 000 actuelles), en bordure sud duquel se trouve la ballastière utilisée pour le CBR.


 - 1er février 1915 : « Dans la nuit une patrouille du 287e trouve du côté est de la ballastière un poteau portant l’inscription suivante : “Changez des journaux avec nous par ici.” Le général [Ditte] décide de leur donner satisfaction en principe à condition de choisir les journaux qui leur seront envoyés et d’empêcher toute communication avec les patrouilleurs allemands. »
- Par conséquent, le 3, « vers la ballastière de Vailly, un paquet de journaux est déposé pour être enlevé par les Allemands. »
- Le 25, « une patrouille rapporte des journaux allemands qui avaient été accrochés au poteau de la ballastière à la place des journaux français enlevés. »

- La zone devient encore plus disputée après cette date, rendant les échanges autres que violents très difficiles. Le 287e parvient à reprendre le contrôle de la ballastière et les affrontements se reportent sur le pont des cultivateurs. En avril, ce sont les Allemands qui prennent le dessus ; le 19, une patrouille chargée de détruire des réseaux de barbelés français doit se replier mais n’oublie pas de laisser sur un piquet un exemplaire du Journal des Ardennes. Progressivement, la ballastière devient possession allemande, qu’ils aménagent défensivement (leur tranchée de première ligne, portant ce même nom, sera par la suite établie quelques hectomètres en avant). Les échanges de journaux ne sont plus évoqués officiellement.



- A noter que non loin de là, dans la boucle de la Vesle, les Français – toujours le 287e RI – aperçoivent le 21 avril « un mannequin revêtu de vêtements de femme déposé le long de la Vesle à 400m environ du poste [de garde]. Des journaux allemands et 1 exemplaire du Journal des Ardennes donnant une liste des prisonniers français sont trouvés au pied du mannequin. »





Pour information: JMO 287e RI (SHD), qui n'évoque pas ces échanges.

_

Aucun commentaire: