Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

dimanche 10 août 2014

D comme Die brennende stadt

- Roman allemand

- La ville en flammes – Die brennende stadt en version originale – est un livre de l'écrivain pacifiste allemand Edouard Stilgebauer, réfugié en Suisse dès les débuts du conflit et qui a pris plutôt parti pour les Alliés. Le roman paraît fin 1919.

- L'histoire est centrée sur le vieux général von Brofft, couvert de gloire lors des guerres prussiennes de 1866 et 1870 et rappelé par Guillaume II après la défaite de la Marne au commandement d'une division.
- Depuis le château de Brimont partiellement ruiné, il dirige les manœuvre de ses hommes et de l'artillerie qui se trouve sur les plateaux de Vauclerc et des Casemates. Malgré les malheurs qui affectent sa famille, il se comporte en soldat, avant tout en « soldat prussien » et n'a aucune héésitation lorsque le colonel d'un régiment d'artillerie vient lui dire que les tours de la cathédrale de Reims se trouvent dans son champ de tir : il lui ordonne de tirer quand même, « car il s'agit de la conservation des hauteurs de Craonnelle. »

- Reims devient alors la ville en flammes qui donne son titre au roman. Stilgebauer introduit alors le personnage d'un moine, Benoît Saint-Amer, courageux sous les bombardements, qui traverse le champ de bataille pour aller demander à von Brofft de stopper ses canons, sinon quoi il mourra (l'Allemand se sait déjà atteint d'un cancer). Malgré le choc ressenti, le général ne cède pas car il souhaite rompre la guerre de positions, nostalgique des grandes chevauchées militaires de sa jeunesse. Quelques jours plus tard, observant Reims en feu, il est victime d' une syncope.
- Benoît Saint-Amer, renvoyé dans la ville, découvre une photo de la fille du général et sauve son gendre blessé de l'incendie, avant de le suivre dans son évacuation vers Paris puis vers l'Allemagne via la Suisse.
- Après d'horribles souffrances et cauchemars, le général von Brofft finit par mourir avec comme dernière vision celle du moine venu à son chevet accompagner sa fille ...





Source : Mercure de France, 01/01/1920, disponible sur le site de la BNF



Aucun commentaire: