Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mardi 12 novembre 2013

T comme Tour-observatoire




- En 1965, Roger-Gustave Nobécourt décrit dans une note à la fin de son ouvrage Les Fantassins du Chemin des Dames ce que l’on voit quand on monte depuis Craonne jusqu’au plateau de Californie, notamment les traces des combats de la première guerre : ancien village envahi par la végétation, monument aux morts du village, table d’orientation en bordure de la route, etc.
- « La commune s’est reconstruite, a refait sa vie ailleurs, au fond de l’hémicycle, laissant là-haut tel quel un témoignage qui ne lui appartenait pas tout entier. C’est tout. Est-ce assez ? N’y avait-il pas, n’y a-t-il pas place ici, à la pointe de la falaise – où les Gaulois allumaient de grands feux dans la nuit – pour un phare qui serait un jalon, un relais et un signe entre celui de Lorette et celui de Douaumont ? Il couronnerait tout le Chemin des Dames et dominerait la Champagne, poserait les intermittences de sa lumière du cimetière de Cerny au monument de la ferme Navarin. Il commémorerait … Est-il trop tard ? L’histoire va si vite et il n’y aura bientôt plus de rescapés du Chemin des Dames. »


- En 2013, les derniers combattants sont tous partis, Roger-Gustave Nobécourt en 1989. A la pointe du plateau de Craonne (appelée communément Californie depuis la guerre) est inaugurée le 16 avril la tour-observatoire d’environ 20 mètres de haut qui permet à la fois d’observer le paysage – plateau de Vauclerc, bois de Beaumarais, oppidum de Saint-Thomas, plaine de Champagne, buttes proches de Reims, etc. – et d’allumer une lumière bleutée dès la nuit venue, signal de mémoire permanent et hommage aux combattants.
- Bien intégrée en bordure de la forêt qui a poussé sur la Zone Rouge, la tour-observatoire a vocation à devenir un centre important de la mémoire du Chemin des Dames. En effet, ce secteur, contrairement à d’autres champs de bataille, ne possédait pas de monument symbolique (rôle qu’aurait dû jouer la chapelle de Cerny). Les concepteurs de l’édifice, reprenant en partie les souhaits de R.G. Nobécourt, tâchent ainsi de remédier à cette situation.





Inauguration en présence du secrétaire d’Etat aux anciens combattants,M. Kader Arif.

Aucun commentaire: